#SaYoFè Hedson NATTES : « Je ne lâche rien… »

Hedson a quitté la Martinique en 2005 dans le but de devenir footballeur professionnel. Passé par le centre de formation de l’AS CANNES,  il a ensuite joué dans quelques clubs de la région dijonnaise. En 2018 il s’envolait pour un nouveau défi à Chypre où les choses ne se sont malheureusement pas passées comme prévu. Nous sommes revenus avec lui sur son parcours depuis cette épisode à ce jour.

Hedson, comment vas-tu ?

Salut Kréyol Diaspower ça va super et toi ?

2018, c’est la dernière fois que nous avons discuté sur le blog. Que s’est-il passé depuis ?

Oui notre dernière interview remonte (rires) ! Depuis je suis devenu papa. Et sportivement j’ai vécu, comme à mon habitude, de nouvelles expériences.

Revenons sur ton passage en D3 Chypriote où tu avais eu l’opportunité de signer ton premier contrat pro. 

Mon passage à Chypre avait très bien démarré, les stats suivaient, on avait un groupe homogène qui vivait super bien. Malheureusement pour des choses liées à l’extra sportif, l’aventure a été écourtée.

Avec du recul, si c’était à refaire, aurais-tu changé quelque chose ?

Avec du recul et l’expérience que j’ai acquise depuis, je n’aurais peut-être pas tout changé.  Mais j’aurais pris d’autres paramètres en compte et surtout, j’aurai mieux choisi les personnes qui faisaient partie du projet. 

Suite à cela, tu es retourné à Dijon dans ton ancien club. Mentalement, comment as-tu vécu cette période ? 

Oui, suite à ça j’ai dû faire un « forcing » pour rentrer en France. Avec mes proches, mes conseillers et mon avocat, nous avons engagé un bras de fer pour casser mon contrat de façon à ce que je puisse rejouer officiellement en France. Mentalement, c’était une période difficile à vivre. Tu pars une nouvelle fois réaliser ton rêve et quelques mois plus tard tu te retrouves à ne plus pouvoir jouer. Pour n’importe quel amoureux de foot, c’est un enfer. J’ai eu énormément de soutien de ma famille qui est toujours derrière moi.

Où en es-tu aujourd’hui ?

J’ai réussi à trouver un challenge vraiment intéressant sous plusieurs aspects. Tout a commencé la saison dernière après un match de coupe de France, mon agent actuel Monsieur Slimane TYINT était rentré en contact avec moi via un ami de la famille (Jérôme Bonin). On s’est entendu tout de suite, après quelques échanges il a rencontré ma famille pour leur parler du projet qu’il avait pour moi. C’est quelqu’un de très ambitieux comme moi et qui a énormément de contact dans le football professionnel en France et à l’étranger. 

Aujourd’hui, je crois savoir que tu as trouvé un challenge qui te permettra de te relancer. Peux-tu nous en parler ?

Quand il m’a parlé de Louhans Cuiseaux, j’ai fait le point avec les miens et surtout avec le coach Basile De Carvalho, un ancien pro. Il était attaquant tout comme moi, il a une super mentalité. D’avoir discuté avec ce grand monsieur du football m’a grandement motivé à signer là-bas. Tous les ingrédients réunis je ne pouvais qu’accepter le projet du club qui coïncide aussi avec mes ambitions. Mon agent m’a trouvé ce nouveau défi pour me relancer. L’objectif à long terme, c’est de repartir à l’étranger, car c’est un football que j’affectionne, en particulier celui des pays anglophones.

Comment cela se passe pour toi au sein de ce club ?

Ça se passe bien pour le moment je joue avec la R1 du club, on a commencé le championnat. Je reviens d’une élongation donc je n’ai pas encore joué avec cette équipe-là. Pour ma reprise j’ai joué avec la R3 le weekend dernier,  j’ai marqué un but. Mais sinon les sessions d’entrainements se passent très bien. On a un groupe prometteur avec de bons joueurs et notamment des anciens qui ont joué à un bon niveau. Chaque weekend, on a des joueurs qui descendent de la N2 donc on a une équipe compétitive. Je pense qu’on a les moyens de titiller le haut de tableau cette année. J’ai pour objectif de faire mes stats et on verra ce qui se passe ensuite.

Gardes-tu l’espoir de retrouver un contrat professionnel ? 

Mon dernier contrat pro, c’était en 2018, un contrat de 3 ans que j’ai dû résilier avec beaucoup de difficultés. Je n’ai plus le statut pro, mais je n’ai que 23 ans donc bien sûr que j’aspire encore à jouer au haut niveau, en France ou à l’étranger. Je suis déterminé, voire obstiné (rire) ! Je ne lâche rien !

1 Comment

Laisser un commentaire