Pendant ma formation j’ai tout gagné, tout me réussissait…

IMG_7406

Kevin LANOIR-VADO est un jeune homme âgé de 24 ans. Martiniquais d’origine il est né et a grandi à Lyon. Après avoir baigné dans le foot depuis tout petit grâce à son entourage, il débute à l’Olympique Lyonnais à l’âge de 6 ans où il évoluera jusqu’à ses 14 ans ; âge où il débutera son parcours dans sa quête de devenir joueur professionnel.

Comment se passe les débuts à l’OL ?

J’ai commencé à l’OL à l’âge de 6 ans, chaque saison tu es gardé ou pas par le club. Si tu n’es pas conservé il faut chercher un autre club. J’y suis resté jusqu’à mes 14 ans c’est moi qui ai choisi de partir car l’AJ Auxerre m’a repéré suite à un match contre Paris FC. Auxerre m’a proposé une convention. À l’époque c’était Auxerre le meilleur centre formation de France, ce n’était pas l’OL donc j’ai accepté.

Comment se passent ces années à Auxerre ?

J’y ai passé 3 ans, c’était très strict. Par exemple, les portables on les rendait à 21h30 et on les récupérait le lendemain après l’entrainement. Niveau alimentation, c’était zéro boisson gazeuse, pleins de choses comme ça, on nous apprenait à avoir une bonne hygiène de vie.
Mais à la fin Auxerre et moi nous n’étions pas d’accord, je voulais signer un contrat mais eux voulaient renouveler ma convention donc j’ai quitté le club, je suis partie à Vannes.

À 17 ans tu connais déjà ton troisième club de foot.

J’avais la possibilité de signer à Reims, Dijon ou encore Gueugnon mais ces clubs-là étaient dans mon championnat quand j’étais à Auxerre et on les battait souvent. Je me voyais mal aller dans une équipe moins forte que ce que j’avais déjà connu. Vannes je ne connaissais pas mais ils étaient en ligue 2.
J’évoluais en U18 National. J’ai effectué quelques montées avec les professionnels, je me suis entrainé avec eux, j’ai joué quelques matchs amicaux avec eux.
Le problème c’est que le club ne faisait pas signer de contrat professionnel à ses jeunes. Aucun jeune de ma promotion n’a signé professionnel. On a tous été obligé de partir en CFA, moi je suis partie en CFA2 à Vitré.

Arrivé à Vitré, comment cela se passe ?

Ça a été le choc car je n’avais connu que des clubs professionnels jusque-là. Arriver dans un club amateur ça a été un gros choc pour moi. Par exemple au premier entrainement je voyais que celui-là portait le maillot de l’inter, l’autre de l’OL etc. alors que jusqu’à maintenant j’avais connu les clubs pro où en début de saison on te donne tes équipements. On a reçu nos équipements après, aujourd’hui avec un peu de recul, et en connaissant le monde amateur, c’était un club bien structuré.
Mais à l’époque c’était compliqué, j’ai un peu craqué, Il m’a fallu du temps pour digérer le passage du monde pro au monde amateur. J’ai continué mais je n’avais plus envie d’y aller car je n’étais pas préparé pour ça. Pour moi j’avais signé en CFA* mais ça allait être comme dans les clubs pros… C’est là qu’il faut être fort mentalement.
Il a fallait également que je prenne en maturité, à l’époque je n’acceptais pas que l’on me parle trop fort, il ne fallait pas me dire certaines choses… Il fallait vraiment que je prenne plus de recul par rapport à tout ça.

Au final tu connais 4 Clubs mais tu ne signes jamais de contrat professionnel, est-ce que tu as quand même continué à tenter ta chance ?

Non je n’ai jamais signé de contrat. Je me suis entrainé avec des pros, fait quelques matchs mais jamais de contrats professionnels.
Quand j’étais à Vannes, j’avais un agent qui travaillait en Italie qui m’avait proposé d’aller à Catane avec la Primavera mais moi j’étais bien à Vannes. Je m’entraînais tout le temps avec les pros, je ne pensais pas que ça allait se terminer comme ça donc j’ai refusé. En plus l’Italie ça me faisait un peu peur, mon père n’était pas trop d’accord alors je n’y ai pas été.
A Vitrée aussi je devais faire des détections, je devais partir à l’étranger mais malheureusement je me suis blessé.
Depuis cela je n’ai pas vraiment réessayé.

IMG_7407

Qu’est-ce qui t’as marqué dans ton parcours ?

À Auxerre ce qui m’a marqué c’est la vitesse à laquelle les choses se passaient. Il y avait beaucoup de joueurs tu pouvais être un bon joueur une saison et celle d’après te retrouver en réserve, c’était impressionnant. Les choses vont vite dans le football. Si ça arrive une fois professionnel ça va, mais si ça arrive pendant ta formation alors que tu ne travailles pas trop à l’école parce que tu es persuadé que tu vas devenir joueur professionnel c’est plus compliqué !
Moi par exemple pendant ma formation j’ai tout gagné, tout me réussissait, j’ai fait la Danone Cup*, j’étais en Pré – France*, aujourd’hui j’en suis là… J’ai joué avec toute la génération 91 de l’OL Grenier, Lacazette, Gorgelin, Real, Novillo, Gonalons…

À quel niveau tu évolues aujourd’hui ?

Je joue à Chassieu en Division d’Honneur Régionale, je suis sous contrat avec mon club j’entraine une équipe de U13 avec qui ça se passe bien, pourquoi pas un jour devenir entraîneur.

Si l’occasion se représentait, est-ce que tu serais prêt à refaire les choses de la même façon ?

J’aurais fait différemment, je ne serais pas parti à Vannes… Après j’ai fait de bonne rencontre mais si je savais, sportivement je serais allée à Reims par exemple…Si l’occasion se représente je suis prêt à retenter le haut niveau, je suis encore jeune je pense encore avoir une chance.

Tu n’es pas partie de la Martinique pour la métropole mais tu as quand même beaucoup voyagé en France depuis tes 14 ans, ça fait quoi de partir aussi tôt ?

Au début c’est un choc de partir à 14 ans car j’étais très proche de ma famille, le pire c’est le retour de vacances, au moment de quitter la famille c’était très difficile, difficile pour moi mais aussi pour mes parents car ils voyaient que je n’étais pas bien. Mais ils avaient la possibilité de venir à Auxerre assez souvent grâce au club.

Quel regard portes-tu sur le foot antillais ?

Je ne connais pas vraiment. Je m’étais déjà renseigné à Auxerre parce qu’il y avait des martiniquais au club mais j’ai eu l’occasion de voir un match pour la première fois avec le Club Franciscain lors de son parcours en coupe de France.
Aussi j’ai participé à un match avec la Sélection de Martinique Ile De France, j’ai été sélectionné une fois pour un match, ça s’était bien passé on avait gagné 1-0. Personnellement j’étais assez fatigué car je m’étais levé tôt pour faire le voyage mais ça s’était relativement bien passé. C’est une belle initiative car ça offre de la visibilité au niveau des recruteurs et aussi pour la sélection de Martinique.

Un message pour des jeunes qui se lancent dans l’aventure ?

Il faut travailler et rester sérieux, ne penser qu’au foot, ne pas se disperser ; les sorties, les filles, vous ferrez ça quand vous aurez signé. Il faut travailler rester sérieux, humble et privilégier le sportif quand vous êtes jeune s’il y a de l’argent trop tôt ne vous y aventurez pas. Encore une fois, travaillez et restez sérieux.


Merci Kevin d’avoir accepté de répondre à mes questions…!


#LeDicoDesOuPas 

CFA: Championnat de France Amateur de Football

Pré-France: Equipe de France de jeunes

Danone Cup :Tournois de foot international mixte crée par le Groupe Danone pour les enfants de 10 à 12 ans


Bye Bye Fans (ou pas) de Foot !!!!!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s